Accéder au contenu principal

L'originalité : indispensable chez l'auteur ?




Il y a des choses qui sont essentielles de savoir pour avancer dans la vie. Celle de comprendre que les claques font partie du jeu, que Alien 3 est un superbe film et que, au niveau de l'écriture, la course à l'originalité est une perte de temps sans nom. Parce que, tout simplement, elle n'est pas si primordiale.

"Wait ? What ? Je ne suis pas un mercenaire de la culture"
Oui, je sais. Et je l'espère. Je ne suis pas là pour te dire de te jeter sur chaque genre littéraire qui buzz. La phrase que je viens d'asséner est là pour provoquer. Mais la vérité qu'elle sous-tend est, elle, intelligible. Et cohérente. Et je m'en vais, du haut de mon clavier avec des touches assez douces, t'expliquer pourquoi. Es-tu prêt ami-e de la plume ? Allons-y.


Nous sommes les créatures des choses que l'on créée.



Si l'on en revient à la base même de la vie et de l'imagination, chaque chose que nous créons provient d'un empirisme social mais également d'un empirisme culturel. Nous sommes des créatures culturelles, nourries et abreuvées à travers nos expériences de lecteurs/Spectateurs et humains. Je ne vais pas vous signifier, par une branlette intellectuelle dont je suis pourtant friand (j'ai un certains fétichisme pour les neurones), que l'originalité est par nature même impossible. Ce serait faux et le sophisme de l'argumentation me rendrait honteux. Par contre, ce que je veux signifier ici, c'est nous sommes les créatures d'une culture et que cette culture parsème notre créativité et nos écrits. Des images fortes d'un film, la poésie d'une verve, etc. Notre imaginaire, même inconsciemment, en est jonché. Des thématiques bibliques, jusqu'à d'autres sociétales. Tout peut s'y trouver. Nous nous inspirons de tout cela.
On peut également signifier que, selon une théorie, toutes les histoires et schéma narratif ont déjà été écrit. Et que la culture est un cercle continu qui tourne, tourne et roule sa bosse jusqu'au début des temps.
Nous peignons donc des peintures dans un mélange d'empirisme social et culturel et de notre propre imagination. Et c'est beau, c'est parfait. Parce que la référence à cet empirisme fait de nous des êtres humains. Mais également rend possible une analyse poussée de chaque œuvre.

Que reste-il alors ? L'être humain, pardi. La vraie originalité provient de vous. De votre plume, de votre façon d'aimer les phrases courtes ou longues, de choisir un terme plutôt qu'un autre. Sans doute est-ce tout cela. Mais, surtout, c'est votre sensibilité et votre cœur qui se trouve dans vos écrits. Même entre les lignes des lignes, il y a une partie de vous. Et nous sommes uniques. Et utilisé un "nous" pour parler d'unicité est drôle sémantiquement, je sais.
 Mais c'est vrai. Vos écrits ne sont pas qu'un roman, qu'une nouvelle. C'est une partie de vous. Aussi infime soit-elle. Aucune idée ne vient sans raison. Aucune thématique non plus. Ne l'oubliez jamais.

L'originalité, névrose moderne


Je pense sincèrement que nous sommes le fruit d'une culture. Mais que nous pouvons nous battre contre cela, explorer en profondeur ces chemins de narrations pour en retirer quelque chose. Vous l'avez compris: l'originalité existe. Je vous ai eu. Et je m'en excuse. Mais attendez, mon vrai propos est ici.
Ne passez pas votre temps à courir après cette sirène, après cette chimère. Ecrivez, encore et toujours. Qu'importe si le schéma narratif existe, qu'importe si l'histoire existe écrivez. Car ce qui peut la différence c'est l'être humain que vous mettez dedans. Et cet être humain est tout aussi passionnant que le livre que vous écrivez.
Promis.

Alors ami, amie plumeurs, je vous aime.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Contorsionniste de Craig Clevenger

Il y a des livres qui vous appellent, sifflant au vent une mélopée douce et amère qui vous met en éveil: cette chanson, vous la connaissez, vous en goûtez toute la poésie et le rythme. Elle fait déjà danser votre imagination. C'est une couverture, un synopsis, une phrase ou une citation. Moi: ce fut un tout pour ce livre. Et la chanson que ce livre sifflait, dans sa culture parfaite, était celle de Fight Club: Where is my mind ? des Pixies. Alors j'ai sombré, le sourire aux lèvres.          Une mélodie qui a marqué mon adolescence, tant par le film que le roman. Mais je ne parle pas seulement du cynisme, de la réflexion sur notre société, des visions inscrites dans mon imagination, du twist, de l'aspect punk... je parle également de la plume. L'organe essentiel à tout écrivain: celle de l'extension de sa propre âme.
Le Contorsionniste, édité par le Nouvel Attila,  m'a pris par surprise à la suite d'une soirée littéraire dans une librairie. Et, ivre…

Rogue One: la Force est avec nous !

Oh Star Wars, muse de mon imaginaire qui me poursuit depuis cette VHS de l'Empire contre attaque, je t'aime. Vraiment. Beaucoup. Me Love You Longtime. Avec ou sans tendresse.
Hier soir, tu m'as encore procuré une petite claque. Merci.




Rogue One était annoncé, par les critiques du net, comme 1) soit un chef-d'oeuvre et le meilleur Star Wars 2) une décéption totale. J'y allais donc avec une attente démultipliée surtout après ma petite déception du VII qui m'avait laissé sur ma faim. Alors, armé de mon pop corn (oui je suis de ces fdps, salut salut) et de ma copine totalement allergique à Star Wars, je me suis posé devant le grand écran avide de cette nouvelle aventure. Une aventure qui semblait énorme car, presque, libérée du poids des autres films. La préquelle pouvait lui donner des ailes où les brûler. Alors, Icare/20 ou pas ?





Ce Star Wars tient ses promesses: celle d'une histoire dans l'univers de Star Wars avant la première trilogie et de tout que…